Site officiel de la Mairie de Grimaud English version Facebook Instagram
  GRIMAUD
En Mairie
Service population
Urbanisme
Association - Événements
Ecole - Jeunesse - Sport
Fiscalité locale
Environnement
Police municipale
Le Port
 

.........   Lutte contre les espèces invasives   .........

Lutte contre les espèces invasives

COCHENILLE TORTUE DU PIN

Un nouveau ravageur des pins a été signalé en septembre 2021 sur la commune de Saint-Tropez : la cochenille tortue du pin. 

Il s’agit de la première détection en France de cet insecte qui cause depuis 2014 d’importants dégâts en Italie sur les pins parasols et les pins maritimes des villes de Naples et de Rome.

Les colonies de cochenilles tortue du pin s’installent sur les aiguilles et les branches des arbres, sucent la sève et provoquent d’abord le rougissement des aiguilles puis une mortalité de branches de plus en plus grosses qui peut conduire à la mortalité de l’arbre. La propagation de cette cochenille se fait par le vent pendant la saison de végétation mais aussi par la plantation d’arbres contaminés.

Face à cette menace, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a publié le 11 mars 2022 un arrêté visant à éviter l’introduction et la propagation de cette cochenille.

ARRETE (format pdf - 150.6 ko - 22/04/2022)

À la suite d’une prospection approfondie confiée à la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, un arrêté du Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur délimite les communes concernées par ces mesures, à savoir les communes de Cogolin, Gassin, Grimaud, La Croix-Valmer, Le Plan de la Tour, Ramatuelle, Saint-Tropez, Sainte-Maxime.

Professionnels

Dans cette zone, les mesures obligatoires s’appliquent aux espèces sensibles de pins1 destinés à la plantation et aux bois résultant de l’élagage des branches ou de l’abattage des arbres contaminés :

  • paysagistes, jardineries et autres producteurs ou vendeurs de végétaux doivent signaler les arbres destinés à la plantation suspectés d’être contaminés, afin qu’ils puissent être élagués ou détruits après confirmation de la présence de la cochenille tortue du pin.
  • Les branches et troncs issus des élagages et des abattages des arbres contaminés ne doivent pas quitter le périmètre de la zone délimitée.
  • Les pins destinés à la plantation, cultivés en zone délimitée, ne peuvent pas être vendus en dehors de cette zone sans une autorisation délivrée après un contrôle officiel.

Particuliers

Il est recommandé aux particuliers et autres détenteurs de pins de signaler aux professionnels du végétal les arbres présentant des signes d’attaque à savoir le rougissement des aiguilles mais aussi la présence de fumagine, coloration noire des aiguilles due aux excrétions des insectes. En fonction de leur état et de leur taille, ces arbres pourront faire l’objet d’un traitement et/ou d’un élagage aux frais du détenteur.

Les branches attaquées par cet insecte deviennent très cassantes, aussi il est recommandé de confier leur élagage à des professionnels ou de le réaliser avec de grandes précautions.


LES MOUSTIQUES 

80% des larves de moustiques se développent chez les particuliers, dans les eaux saumâtres ou croupies (ex: eau de soucoupe de pot de fleur). Les moustiques vivent au plus près de chez vous et se déplacent peu, notamment le moustique tigre, entre 60 et 100 m autour de son lieu de naissance. 

La Commune de Grimaud ne procède pas à des opérations de démoustication sur son territoire mais adopte les bons gestes pour éviter leur prolifération.

 Adoptez les bons gestes : depliant

Signaler sa présence : http://www.signalement-moustique.fr/signalements

Parce que le moustique vit près de nos habitations, la lutte contre sa prolifération est l'affaire de tout un chacun. Pour éviter qu’il ne se reproduise et ne prolifère, il faut détruire ses œufs et donc supprimer les eaux dans lesquelles la femelle pond.

Eviter et vider les eaux stagnantes

  • Vider les coupelles des plantes et tout ce qui retient de petites quantités d’eau (jouets des enfants, mobiliers et décorations de jardin, pneus usagers…).
  • Changer l’eau des vases et photophores au moins toutes les semaines. Idéalement remplacer l’eau par du sable humide.
  • Bâcher ou recouvrir d’une moustiquaire les réserves d'eau (fût, bidon, piscine).
  • Attention aux gîtes naturels : creux d'arbres, bambous cassés dont chaque tige brisée et creuse devient alors un réceptacle. Les vider.
  • Ramasser les déchets verts, eux aussi peuvent devenir des récipients d’eau et abriter les œufs du moustique.
  • Etre vigilant et ranger à l’abri de la pluie tout ce qui peut contenir de l’eau (seaux, arrosoirs).

Eliminer les lieux de repos des moustiques

  • Débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies.
  • Elaguer les arbres.
  • Ramasser les fruits tombés et les débris végétaux.
  • Réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage).
  • Entretenir votre jardin.

Protéger votre habitation

  • Il est important de vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées.
  • Siphon de cour piège à sable : maintenir à la surface une pellicule d'huile blanche végétale.
  • Gouttière : penser à retirer les feuilles ainsi que tous les végétaux et tous les encombrants. Si après entretien, l’eau continue de stagner : il faut retirer et remplacer les éléments hors d’usage. Si ce n’est pas possible, vérifier le bon écoulement des gouttières, les faire réparer si elles sont en mauvais état.
  • Après de fortes intempéries (pluie, vent), s’assurer de l’évacuation normale de l’eau. Il est recommandé également de percer en leur point bas les gouttières par un trou de 10 mm de diamètre et bétonner les regards jusqu’au niveau d’évacuation.
  • Vide sanitaire : il suffit de placer une grille moustiquaire aux bouches d'aération.
  • En cas d’inondation, prévoir de réparer les conduites endommagées. Conseil : cuveler en cas de risque permanent d'inondation.
  • Fosse septique : pour assurer une bonne étanchéité il faut poser un couvercle ou changer les joints de la fosse.
  • Climatiseurs : penser à vider les retenues d'eau.

 

La lutte anti vectorielle concerne un dispositif de lutte sanitaire déclenché par le Préfet lorsqu’un cas avéré de maladies (dengue, chikungunya, zika) transmises par le moustique Aedes albopictus sur le territoire du département du Var est détecté.


LES MOUSTIQUES TIGRES 

Il existe différents types de moustiques, dont le « moustique tigre » (nom scientifique Aedes albopictus), reconnaissable à sa silhouette noire et à ses rayures blanches, sur l’abdomen et les pattes, il est de petite taille (environ un demi-centimètre).

Il est généralement en activité de mai à novembre, en fonction de la température et de la luminosité. Ce moustique est un vecteur de maladies infectieuses : chikungunya, dengue et zika.

Un moustique urbain qui vit près de l’homme

Le moustique « tigre » vit au plus près de chez nous : il se déplace peu, reste la plupart du temps dans un rayon de 150 mètres. Il naît et vit près de nos habitats, en zone urbaine principalement.

Il nous pique toute la journée, avec un pic à la levée du jour et au crépuscule.

Il se développe dans de petits volumes d'eaux stagnantes

Les femelles pondent leurs œufs (jusqu’à 250) dans des petits volumes d’eaux stagnantes, même  propres (moins de 10 litres) que l’on trouve sur nos balcons et nos jardins : vases, soucoupes, gouttières mal vidées, pneus usagés mais aussi creux d’arbres ou plantes tropicales susceptibles de retenir l’eau. Les larves peuvent même se développer dans un bouchon de bouteille rempli d’eau !

Ces gîtes, créés par l’homme, sont les principaux lieux de ponte de ces moustiques. Les moustiques sont en activité du printemps à l’automne. Toutefois, les œufs pondus peuvent résister plusieurs mois au froid et à l’assèchement et éclore lorsque les conditions climatiques sont à nouveau favorables (chaleur, luminosité). 

Le mode de dispersion principal du moustique tigre est le transport des œufs dans des pneus usagés, et stockés à ciel ouvert. Cette expansion est favorisée par ses capacités d’adaptation, par le développement des échanges internationaux qui est le mode de dissémination principal de cette espèce à travers le monde.

Le moustique peut également  se disperser, sur de courtes distances, par véhicules terrestres (autos, bus, trains, etc.) ou moyens aériens (avion de ligne, cargo).

 


 

TERMITES

Les termites, insectes xylophages peuvent occasionner des dégâts importants dans les bâtiments. Pour  limiter leur prolifération, propriétaires ou occupants sont obligés de déclarer leur présence.

Formulaire de déclaration de la présence de termites : cerfa 12-010.02


 

FRELONS ASIATIQUES

Depuis quelques années, le frelon asiatique est présent dans notre département.

Vous pouvez nous aider à suivre son  expansion à travers la France en nous signalant sa présence dans votre localité à l’aide de la fiche jointe ou du formulaire internet.

Formulaire de signalement : Fiche_signalement_Frelon Asiatique.pdf

La commune peut prendre en charge la destruction des nids. N'hésitez pas à contacter le service environnement pour connaitre les modalités. Un dépliant spécifique est disponible en bas de page. 

Attention aux confusions avec d’autres insectes : Fiche Identification.pdf


CHARANÇON ROUGE DU PALMIER

Le charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus) est signalé depuis 2006 sur le littoral de la région. Il s’agit d’un coléoptère qui consomme les fibres des palmiers. Le développement de cet insecte provoque la mort des palmiers et peut entraîner la chute de la tête de ces végétaux sur les personnes ou les biens.  Pour améliorer les chances de survie des arbres, il est essentiel d’intervenir le plus tôt possible.

 

Retrouvez toutes les informations utiles grâce aux liens suivants :


CHARANÇON  NOIR  

Dans le 83, une enquête sur la dissémination du ravageur est financée par le département du Var. Pour signaler sa présence dans ce département cliquez ici.

Ce ravageur est très présent dans notre région (principalement Alpes-Maritimes et Var) et notamment sur la frange littorale de ces 2 départements.
FREDON Paca met en place un réseau de surveillance vis-à-vis de ce ravageur.
 
 

Description du ravageur :

Le charançon noir (Scyphophorus acupunctatus) est un petit coléoptère très polyphages. Ses larves, très voraces, s’attaquent aux parties charnues de nombreuses plantes.

 

Stade adulte :

L’adulte mesure de 12 à 19 mm de longueur, est noir brillant, avec un long appareil buccal appelé rostre (de couleur noir mat) et des élytres nervurés. Il perfore les végétaux et pond des œufs (1,2 à 1,5 mm) de couleur blanc nacré, jaunissants au cours du développement embryonnaire. Sa longévité est d’un an et demi et une femelle pond 4 à 5 œufs par jour tout au long de sa vie.

 

Stade larvaire :

Après 4 à 5 jours d’incubation, un œuf donne naissance à une larve blanc crème, mesurant environ 18 mm de longueur sur 4 mm de largeur. Au dernier stade larvaire elle forme un cocon à l’aide des fibres de la plante hôte. Différentes générations se chevauchent (cinq) en une année. Le stade larvaire dure 45 jours environ.

 

Les plantes hôtes

Agavacées (Agaves, Yuccas, Cordylines, Furcrea, …),

Dracénacées (Beaucarnea, Dasylirions, …), 

Broméliacées (Puyas, Dyckia, …).

Et de nombreuses autres plantes.

 

Quels problèmes cause-t-il ?

Lorsque l’adulte perfore la plante pour se nourrir ou y pondre, il permet à des pathogènes (champignons, levures, bactéries) de s’infiltrer dans les tissus du végétal. Cela entraîne des nécroses empêchant la cicatrisation de la plaie. Par la suite les larves poursuivent la dégradation du végétal en consommant les tissus, permettant ainsi aux pathogènes de se répandre dans le végétal provoquant son dépérissement.

Les blessures infligées par les larves de ce ravageur associées aux pathogènes provoquent le dépérissement du végétal contaminé.

 

Les symptômes : 

La plante peut sembler en bonne santé et dépérir très soudainement en quelques jours.

Les signes de la présence de ce ravageur sont :

- des nécroses de forme circulaire sur les feuilles

- des galeries,

- un brunissement de la base du feuillage,

- le flétrissement du feuillage,

- une odeur de putréfaction,

- l’inclinaison excessive de la tête du végétal

- la présence d’individus adultes aux aisselles des feuilles

La lutte anti vectorielle concerne un dispositif de lutte sanitaire déclenché par le Préfet lorsqu’un cas avéré de maladies (dengue, chikungunya, zika) transmises par le moustique Aedes albopictus sur le territoire du département du Var est détecté.


PDF : Dépliant moustique
PDF : Fiche identification
PDF : Fiche signalement du frelon asiatique
PDF : Ravageurs du palmier
PDF : plaquette professionnel
PDF : cerfa 12-010.02
PDF : Termites
PDF : Lutter contre le frelon asiatique
PDF : CP Lutte contre la cochenille tortue du pin
PDF : Liste des gestes pour lutter contre le moustique tigre

 

 

 

 

.........   Liens   .........

Permanences du Maire

Webcam

Elus municipaux de Grimaud

Port Grimaud

Contact

Dossier PLU

Les Grimaldines 2022

Villes et Villages fleuris

La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez

Consignes générales de sécurité (catastrophe naturelle ou technologique)

 

 

Mairie Grimaud site officiel
Actualités | Marchés publics | Webcam Grimaud | Mentions légales | contact

English version   Facebook   Instagram